Chutes

J’écoute Niagara en ce moment. C’était un putain de bon petit groupe français avec 2 albums réussis Quel Enfer ! en 1988 et Religion en 1990. Il y aura en 1992 un dernier album, La Vérité. Un album poussif qui tourne en rond avec toujours les mêmes mélodies, les mêmes arrangement. Un titre se détache Le Minotaure qui est une petite merveille peut-être parce qu’il s’éloigne un peu du style Chenevez, euh, surtout. Cet album sera leur chant du cygne puisque Muriel et Daniel se séparent.

Daniel et Muriel sont sur une scène

J’aurais bien aimé les voir sur scène. J’ai essayé de trouver des images de leurs concerts pour voir ce qu’ils valaient parce que je me souviens que les critiques n’étaient pas tendres avec leurs prestations. j’ai donc trouvé ce reportage sur la tournée Religion Tour 91 très bien fait… Mais…

La Mumu n’a pas l’air très à l’aise sur une scène. Même si elle déclare adorer ça, on sent une présence guindée, coincée, beaucoup de postures, l’ensemble est un peu convenu et mis à part qu’elle est belle comme une tigresse, elle manque cruellement de charisme et de personnalité.

Toujours dans ce reportage, elle chante très bien. Mais…

C’est une fabrication maison pour leur promo. C’est très propre mais ça donne une sale impression de playback. Quand on compare avec les vraies vidéos live enregistrées en Allemagne, la différence saute aux oreilles. C’est beaucoup moins propre, limite juste. Mais ça tourne. Ça le fait quand même, c’est niagaresque.

Chuuuut Niagara

… des compositions (simples mais toujours malignes)
et des textes (simples sans être cons) …

Alister – Schnock n° 35

Jusqu’à présent je n’ai pas été très tendre avec les rennais. Cet excellent groupe français (c’est quand même rare pour ne pas le signaler) aurait pu prétendre à une carrière une peu plus longue et prolifique. Souvent comparé à Eurythmics, ils manquaient peut-être un peu de charisme et de joie de vivre. Je me souviens d’une interview pendant laquelle, elle surtout, avait été odieuse. Peut-être étaient-ils fatigués.

Chutes du Niagara

Ce groupe aurait mérité de durer mais pour cela ils auraient du bosser un peu leurs relations avec la public. En promo mais surtout sur scène pour devenir un groupe phare français pendant une dizaine d’années. Daniel Chenevez est à la baguette. Il écrit, compose, produit. C’est lui qui tournait les clips, il était la tête pensante du groupe, mettant tout en œuvre pour sa muse du moment, Muriel Moreno. Il avait trouvé la formule magique pour mettre le feu au cul de sa soul cuivrée avec quelques poignées de poudre rock à guitares. Artificier en chef, méticuleux et maniaque :

Daniel , c’est le mec qui passerait tris nuits de suite sur un ton de caisse claire !

Muriel Moreno dans Best

Peut-être aurait-il du se faire assister, défricher de nouvelles contrées pour le troisième album. Bref, Niagara nous en a laissé deux superbes (pour moi !) toujours aussi excitants.

Sous la glace l’eau continue à couler

C’est un proverbe Acadien qui image bien qui était Muriel Moreno. Elle aurait eu tout à gagner d’affiner, voire de briser carrément la glace, pour devenir une des meilleures chanteuse de rock en français. Mais comme elle est rentrée dans la chanson par hasard (c’est Chenevez qui la forcée à chanter) ce ne devait pas être sa priorité. Aujourd’hui elle est rangée des camions. DJ occasionnelle, Muriel Moreno est redevenue Muriel Laporte, professeur de yoga. Quel gâchis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.