King Crimson ET Magma

Quelle soirée ! Une soirée pour vieux, d’abord et pour jeunes qui aiment la musique. Deux monstres sacrés du rock progressif, jazz, expérimental, classique, etc. réunis sur la même scène dans la même soirée. Merci les Nuits de Fourvière.

Magma

Magma, je les ai vus l’année dernière dans le cadre du Jazz à Vienne 2018 et je vous en parle, très bien d’ailleurs, dans le compte rendu de cette soirée magnifique ici.

Magma 2019, même topo. Un an après, très heureux de retrouver les mêmes musicos, à quelques uns près les mêmes titres et toujours le même plaisir de se plonger dans l’univers Kobaïen de Magma mené par un Christian Vander au meilleur de sa forme. Une première partie premium pour un vrai moment de musique.

Robert Fripp en pleine préparation

King Crimson

Le temps d’aller chercher un bière et un sandwich, papoter, revenir à nos places (chemin du combattant tant il y a de monde, c’est blindé !) et la scène de King Crimson est prête.

C’est vraiment une soirée placée sous le signe de la batterie. Après celle de Vander batteur omniprésent de Magma, il y en a trois sur le devant de la scène pour accueillir les batteurs Crimsonniens Jeremy Stacey, Pat Mastelotto et Gavin Harrison. Derrière, surélevés, viendront se placer guitares (Jakko Jakszyk et Robert Fripp), basse (Tony Levin), cuivres (Mel Collins). Et que le spectacle commence. Car c’est un vrai spectacle de voir ces 3 batteurs jouer tantôt ensemble, mais vraiment ensemble, tantôt chacun assurant sa partie de toms, de percus et même de claviers pour Stacey.

La guitare In The Court...

In the Court

Cette tournée ayant pour thème les 50 ans de l’album In The Court Of The Crimson King la majorité des titres joués en sont extraits : Epitaph, The Court of the Crimson King, Moonchild et 21st Century Schizoid Man, le fameux qui constitue le final grandiose de ce concert. Nous aurons droit également à Larks’ Tongues in Aspic, Part One, Indiscipline, Starless et d’autres. Un vrai best of avec tous les tubes. Bizarre de parler de tubes à propos de King Crimson et pourtant, c’est vrai.

Une superbe soirée de musique avec des artistes virtuoses. Des univers différents mais qui ont en commun la création musicale et l’innovation. 50 ans de carrière avec leurs groupes et avec d’autres. Un vrai régal. Absolument pas gâchée par les 15 gouttes de pluie, le sandwich caoutchouteux, les pierres antiques chaudes et le monde ! Allez voir le journal intime de Tony Levin qui a fait un superbe reportage photo sur la journée passée à Lyon.

King Crimson, Nuits de fourvière

Attention, en ce qui concerne les vidéos, peut-être que vous ne pourrez pas les lire car il y a un problème de droits. Vous ne ratez pas grand chose si ce n’est un court témoignage de cette soirée magnifique.

Laisser un commentaire