Geek Contest n° 9 – Héros, héros, petits patapos

Le geek contest, est un article participatif destiné aux blogueurs, le concept du Geek Contest est de faire chaque mois une « liste » (ou top) de 5 éléments/personnages/objets… lié à la culture geek en réponse à un thème spécifique.
En même temps, qu’est-ce que la culture Geek a de si différent de la culture en générale ? Peut-être quand ils parlent de livre, ils pensent à Mangas ? Naannn, j’déconne ! En tout cas, la culture Geek et la culture Générale ont un point commun, le point G. Elle est bien bonne celle-là.

Ce mois-ci le thème est « HEROS ET SUPER HEROS ».
Le champ est vaste. Super Héros, ça pullule, il y en a de plus en plus. En films, en séries, en BD. Quant aux héros, depuis la nuit des temps, ils existent dans le quotidien et dans la fiction. Il n’y a que l’embarras du choix. Voici les miens.

Comme d’habitude, il nous faut trouver :

(Un jeu vidéo) Non, c’est finis ça, on va parler Musiques !
Un film
Une série (Web-série, anime, ou autres)
Un livre (mangas, comics, ou autres)
Un(e) personne célèbre ou un objet

Vous n’êtes pas blogueur ? Vous pouvez également participer sur Twitter avec le #pieceofgeekcontest !

Globrocker, le 15/12/2017

1 – MUSIQUES – Supertramp

Il y a Superman, Superwoman, Supergirl et Supertramp !
Le groupe anglais formé en 69 par Roger Hodgson et Rick Davies se dissout en 1972 devant les flops à répétition de leurs deux premiers albums. Se dissout certes pour se reformer immédiatement et repartir sur de meilleures bases. Ils recrutent de nouveaux musiciens avec qui ils deviendront les artisans de l’énorme succès du groupe. Mais pas tout de suite. Le groupe est super endetté et Hodgson est à un poil de quitter le groupe et partir s’exiler en Inde.

Heureusement, ils sortent en 1974 l’album Crime of the Century qui marque le début de leur succès tant critique que commercial. Mais pas encore en France. La légende raconte que lors d’un concert du groupe au Bataclan à Paris, il ont vendu 8 tickets dont 6 payés par le producteur… pour les encourager !
Toujours selon la légende, le prod fit le trottoir pour faire rentrer les gens et tenter de remplir un peu la salle. Supertramp fut en France un groupe confidentiel, pour connaisseurs jusqu’à la sortie de Breakfast In America qui propulsa le groupe aux places de n°1 en France et partout dans le monde.

Au début, ils s’appelèrent Daddy avant de choisir comme nom Supertramp d’après le titre d’un roman de William Henry Davies, intitulé Autobiography of a Supertramp : L’Autobiographie d’un super-clochard. Toujours selon la légende.

Autobiographie d'un super clochard

2 – FILM – Rio Bravo d’Howard Hawks

J’ai longtemps cherché un film, n’arrivant pas à me décider car dans chaque film il y a automatiquement un héros qui

meurt dans les bras d’une infirmière
qu’est très belle et qui pleure.
ou pas. En l’occurrence, dans le film que j’ai choisis y’a un ramassis d’héros qui meurent pas. Mais tous les méchants, oui.
Le délicieuse bande annonce
Dans ce film que j’ai du voir une vingtaine de fois tant je l’aime et je l’adore, il y a 5 types de héros.
– Le shérif. Sans peur et sans reproche. Intègre. Célibataire donc presque vieux garçon. Sympa mais faut pas le chauffer. C’est John T Chance joué par John Wayne.
– Le pochtron, Dude, qui va se servir et se resservir… de l’adversité comme cure de désintox. Joué par Dean Martin
– La gentille belle gueule, Colorado Ryan, tireur d’élite, le plus rapide à l’ouest du Pecos et à l’Est et au Nord et au Sud. En plus il chante divinement bien, normal c’est Ricky Nelson qui s’y colle.
– Le vieux ronchon boiteux mais avec le cœur sur la main. Stumpy joué par un habitué de l’exercice, Walter Brennan.
– Et la gonzesse de service, Feathers, dans la divine peau de la non moins divine Angie Dickinson.
– Sans oublier les autres troisièmes et quatrièmes rôles qui sont également des héros. En fait, dans ce film, t’es soit un héros gentil, soit un méchant-méchant. Et, ATTENTION SPOILER, tout finit bien.
L’analyse vaut ce qu’elle vaut, je ne suis pas un spécialiste de cinéma encore moins d’Howard Hawks (Kani, tu en penses quoi de mon analyse de comptoir ?) mais c’est le seul film à ma connaissance qui regroupe autant d’archétypes de héros. Et chacun sera une référence pour les futurs stars de la mise en scène puisque l’on les retrouvera dans les blockbusters.
Exemple, Expendables, euh, non, c’est un mauvais exemple.

3 – SÉRIE – Misfits

Une série anglaise jusqu’au bout des oreilles.

C’est l’histoire de 5 jeunes délinquants condamnés à des travaux d’intérêts généraux. Ils sont chapeautés par un chef tyrannique et pervers. Un jour d’orage, nos cinq héros qui ne sont pas encore supers, sont foudroyés et se réveillent affublés de super-pouvoirs et donc deviennent des super héros. Mais il n’y a pas qu’eux, d’autres habitants possèdent des super pouvoirs sans trop savoir quoi en faire.

Série télé Misfits

A côté des super pouvoirs ordinaires certains sont carrément inutiles et loufoques :  Le pouvoir de faire perdre ses cheveux à n’importe qui, d’échanger son sexe avec un autre (c’est pratique mais pour l’autre c’est embarrassant). La laktokinésie qui permet de contrôler le taux de lactose. Transfert de bébé d’un ventre à un autre.

Nos cinq héros devenus maintenant supers possèdent des dons ou pouvoirs, comme vous voulez, dont ils se serviront à l’occasion, tout au long de leurs mésaventures qui vont s’enchaîner au fil des 7 saisons.
Tournée au bord du lac Southmere dans le Thamesmead à Londres, les décors sont glauques, tout comme l’ambiance contre balancée par un humour très british, pas loin des Monthy. On n’est pas loin des zombies tant les lieux sont déserts, comme évacués, laissant la place aux personnages et aux intrigues.

A noter la présence parmi les cinq d’un personnage complètement foutraque excellemment joué par Robert Sheehan remplacé à la 4ème saison par le non moins excellent Robert Gilgun.
Une série très drôle avec du suspens, des situations rocambolesques dues aux super-pouvoirs des uns et des autres, le tout servi par un générique de feu (Echoes par The Rapture) et un BO toute aussi incandescente. A voir absolument. En VO of course.

4 – LIVRE – Lucy – Marc BEHM

Lucy la clocharde de l’éternité.

Lucy héroïne de deux romans (à ma connaissance : « Et ne cherche pas à savoir » 1993 et « Crabe » 1994) de Marc Behm.

Lucy l'héroïne de Marc Behm

Démon d’apparence humaine, très jolie d’ailleurs, hyper sexxxy et même très sexe, elle existe depuis la nuit des temps et elle est chargée de recueillir les âmes des humains ayant signé un pacte avec le diable. C’est son job, ni plus ni moins. Certaines fois les signataires ne veulent pas respecter les termes du contrat alors la tâche est un peu compliquée mais rien de bien grave pour Lucy. C’est la beauté du sport.

Heureusement; il fait un temps merveilleux. Froid et pluvieux. J’adore le mois de novembre.

Elle pourrait être la fille ou la femme (non, pas la femme, d’abord elle est lesbienne et trop libre pour se consacrer à un seul homme) ou la soeur de Lucifer, de la série télé. Ils ont beaucoup de points en commun : l’arrogance, l’immortalité, le sens de la fête.
Lucy est également alcoolique (dans Crabe elle tient un journal intime dans lequel elle note la quantité d’alcool qu’elle s’enfile par jour).
Bref, Lucy est un personnage complètement azimuthé et Marc Behm se fait un plaisir de la mêler à des situations extravagantes et échevelées avec humour, sens de l’intrigue et du rebondissement. Le tout de manière réjouissante voire jouissive. On sent que l’auteur s’amuse follement à écrire ces aventures et le plaisir est communicatif. Deux romans léger et savoureux comme son héroïne.

Ça se lit super fastoche. D’ailleurs, je viens de me refaire Crabe en écrivant cet article.

Découvrez Marc Behm

5 – HÉROS DU QUOTIDIEN – Lindbergh, Saint Exupéry, Blériot, Earhart, etc.

Le choix de ces héros de l’aviation est aussi un prétexte pour faire découvrir cette chanson de Jacques Higelin qui, d’une certaine manière, rend hommage à ces héros extraordinaires et, à la fin de la chanson vous découvrirez qui est le petit garçon qui demande qu’on lui dessine une chèvre. Et pourquoi, une chèvre.

Car ces hommes et ces femmes en avait entre les jambes pour se lancer au dessus des mers, des océans, des montagnes, enfermés dans des boites de conserves appelées avions. Des vrais héros, de vraies héroïnes qui défièrent la nature, les distances, la météo, laissant de côté leurs peurs, leurs doutes, leurs questions pour découvrir le monde et réaliser le rêve de l’être humain depuis la nuit des temps, celui de voler. Grâce à eux, nous voyageons aujourd’hui en toute sécurité dans de beaux appareils confortables.

Sous sa fragile sépulture de toiles et de tôles éventrées
Gît un héros de l’aventure dans son aéroplane blindé.

Laisser un commentaire