Geek Contest N° 5 : A la bouffe !

“Ce qui est une nourriture pour l’un, est un poison pour l’autre.” Paracelse

Je vous rappelle que kavaliero de chez Piece of Geek m’a autorisé à remplacer les Jeux Vidéos dont je ne suis plus très friand par la musique.
Et c’est ce que je vais faire.
Merci Grand Maître de Cérémonie.

Le geek contest, est un article participatif destiné aux blogueurs, le concept du Geek Contest est de faire chaque mois une « liste » (ou top) de 5 éléments/personnages/objets… lié à la culture geek en réponse à un thème spécifique.
En même temps, qu’est-ce que la culture Geek a de si différent de la culture en générale ? Peut-être quand ils parlent de livre, ils pensent à Mangas ? Naannn, j’déconne !

Ce mois-ci le thème est « La Nourriture » et il nous faut trouver :

(Un jeu vidéo) Non, c’est finis ça, on va parler Musiques !
Un film
Une série (Web-série, anime, ou autres)
Un livre (mangas, comics, ou autres)
Un(e) personne célèbre ou un objet .

Vous n’êtes pas blogueur ? Vous pouvez également participer sur Twitter avec le #pieceofgeekcontest !

Globrocker, le 4/08/2017

1 – MUSIQUES – Rolling Stones, Let It Bleed

Rolling Stones Let It BleedRolling Stones Let It Bleed verso21 août 1969, Robert Brownjohn, designer embauché pour ce disque, présente à Keith Richards des projets de pochette pour l’album. Il flasha sur le gâteau et les prises de vues commencèrent rapidement. Coût de la pochette 1000£.
On doit le gâteau à Delia Smith qui était à la télé anglaise de années 60 ce que Cyril Lignac est aujourd’hui à nos réality shows, un gourou culinaire.

Un jour, on m’a dit que les Rolling Stones avaient besoin d’un gâteau pour une pochette de disque. C’était un boulot comme un autre. Ils voulaient quelque chose de très kitsch et criard.Delia Smith

On peut dire que le cahier des charges a été respecté.
Bon, le gâteau est très appétissant mais attention c’est un gâteau anglais. Le pneu symbolise l’arrivée des générations d’obèses victimes de la junk food. Symbolise seulement car il aurait fallu mettre un pneu de semi-remorque ! Ce que l’on peut prendre pour une crêpe est en fait une pizza (voir ci-dessus), le cadran d’horloge pour le temps qui passe, la boîte de film étiquetée Stones – Let It Bleed, laisse supposer l’existence d’un film sur les Stones, l’enregistrement du disque, un laboratoire de prise de sang tenu par des vampires ? Le tout en équilibre précaire sur un vieux gramophone à aiguille.
Let It Bleed est le 10ème album des Stones. Il sort en 69. Ses concurrents sont Abbey Road des Beatles et le II de Led Zeppelin. Il sera quand même n°1 en Angleterre et n°3 aux US.

Le magazine Rolling Stones désigna la pochette comme « … la plus ringarde depuis Flowers » et dans ce même magazine, Greil Marcus, célèbre critique rock, écrivit : « Un disque époustouflant… Les Stones n’ont jamais rien fait de mailleur. »

THIS RECORD SHOULD BE PLAYED LOUD

2 – FILM – La Cité de la Peur, Alain Berberian 1994

La Cité de la peur n’est qu’un enchaînement de scènes et de répliques cultes. Je voulais avoir la patate dans cette partie sans oublier le vomis pour se sentir plus léger et heureux. Un film au suspens insoutenable avec des scènes torrides avec des saucisses. Des moments de la violence qui fait de chaque plan une véritable boucherie.

Le repas avec les trois Nuls, le vomis dans le taxi, la boucherie, la choucroute, si on n’est pas en plein dans le sujet alors, je n’ai rien compris.


3 – SÉRIE – Walking Dead

Ici, on ne fait dans la haute gastronomie et le savoir vivre. Les convives, en général, s’invitent sans permission. Le repas est rustre. Pas de couverts, pas d’assiette, pas de serviettes. On mange à même dans le plat, avec les doigts, directement du producteur au consommateur. En général, ils sont plusieurs consommateurs sur le même producteur.

Les baffreurs ne mangent pas pour le plaisir mais pour se nourrir. Le seul problème est qu’ils ont toujours faim. Ils n’ont pas les yeux plus grands que le ventre puisque certains n’ont même plus d’yeux, ni de ventre et même parfois ni yeux ni ventre.

Les mets n’ont pas besoin d’être cuisinés, ni assaisonnés. Tout le monde se contentent de ce qu’il y a mais nous pouvons constater une lueur (toute petite la lueur) de contentement dans les yeux des baffreurs. Baffreurs qui, à la fin du repas, quand il n’y a vraiment plus rien à becqueter se transforment en marcheurs à la recherche d’une autre table. Les marcheurs ne sont pas gaspilleurs. Ils ne laissent rien à moins de les déranger pendant leurs agapes. A ce moment-là, ils redeviennent marcheurs vers vous, leur futur repas.

4 – LIVRE – L’homme aux Pâtes de Michel Field

Rien ne me prédisposait à lire du Michel Field ! Je suis plutôt Stephen King, Brett Easton Ells, Masterton, Chandler, bref, thriller et sanguinolage. Les pseudos intellos bobos parisiens ne font pas partie des auteurs sur lesquels je me jette.

Alors pourquoi ai-je lu ce livre ? Peut-être n’avais-je rien d’autre à me mettre sous la dent ou alors, j’avais été attiré par la partie du résumé qui promettait des descriptions croustillantes sur les soirées mondaines chez les bobos et les stars des médias; ou alors j’avais faim !

Le spaghetti, c’est le cordon ombilical qu’on ne pourra jamais couper.

L’homme aux pâtes est l’histoire d’Angelo Lombardi qui trouve le sens de la vie dans le simple mélange de farine et d’eau. L’art, l’histoire, pour lui tout est lié à la bouffe, en particulier aux pâtes. Socrate eut-il affaire à la mafia sicilienne à cause des lasagnes ? Catherine de Médicis fut-elle empoisonneuse ou excellente cuisinière ? Rossini composa-t-il un de ses opéras grâce aux macaronis ?
Vous assisterez même à un colloque consacré aux 800 formes de pâtes.
Le livre est passionnant, vous croiserez Sartre, ARON, Coppola, Woody Allen. Vous participerez à un dîner parisien où la culture et la bêtise font bon ménage…
350 pages d’humour, d’histoire et, surtout, de découverte des pâtes.
Après sa lecture vous ne cuisinerez plus les spaghettis de la même façon.

Michel Field, L'homme aux pâtes

4 – CÉLÉBRITÉ – Marco Ferreri

En 1973, Marco Ferreri, cinéaste italien, défraye la chronique alors qu’il présente son nouveau film au festival de Cannes, LA GRANDE BOUFFE.
Le film raconte le suicide collectif de 4 bourgeois qui s’ennuient dans la vie. Ils décident de se supprimer en mangeant jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le film est truffé de scènes de vomis, de pets, de masturbation ou de fellation.

4 autres personnalités pour ce film, les acteurs : Philippe Noiret, Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi et Michel Piccoli. Le film veut dénoncer la société de consommation et il fut écrit par Marco Ferreri qui eut l’idée du scénario lors d’un gigantesque repas auquel il avait été convié. Même si ce film a un peu vieilli, c’est une véritable curiosité, avec un casting de haut vol, où l’on s’aperçoit qu’au niveau de la censure, notre société est beaucoup plus prude aujourd’hui qu’elle ne l’était dans les seventies. Et c’est vraiment dommage.

J’espère que ce Geek Contest vous a plus. Que vous avez appris des trucs et des bidules. N’hésitez-pas à réagir. Prochain rdv en septembre avec pour thème : Dieu et mythologie. Whaoouuuu !

En attendant allez jouer aux Quizz de Globrocker. Inscrivez-vous et on  verra qui fait les meilleurs scores. Have fun !

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Piece of Geek dit :

    Ce qui est une nourriture pour l’un, est un poison pour l’autre… En effet je me retrouve dans cette citation vu que je suis alergique a beaucoup de type de legume 🙁 .
    PS : j’adore ta catégorie musique c’est un pur bonheur

  2. Globrocker dit :

    Merci.

Laisser un commentaire