Geek Contest N° 4 : The Magical Mystery Tour is

waiting to take you awayBeatles - 1967

La magie. C’est facile mais pas si facile que ça tellement c’est vaste !

Il l’a eu le nez fin Kava. Il a bien vu, senti, compris, que mon truc à moi c’est plus la zique que les pixels. Donc kavaliero de chez Piece of Geek m’a autorisé à remplacer les Jeux Vidéos dont je ne suis plus très friand par la musique.
Et c’est ce que je vais faire.
Merci Grand Maître de Cérémonie.

Le geek contest, est un article participatif destiné aux blogueurs, le concept du Geek Contest est de faire chaque mois une « liste » (ou top) de 5 éléments/personnages/objets… lié à la culture geek en réponse à un thème spécifique.
En même temps, qu’est-ce que la culture Geek a de si différent de la culture en générale ? Peut-être quand ils parlent de livre, ils pensent à Mangas ? Naannn, j’déconne !

Ce mois-ci le thème est « La Magie » et il nous faut trouver :

(Un jeu vidéo) Non, c’est finis ça, on va parler Musiques !
Un film
Une série (Web-série, anime, ou autres)
Un livre (mangas, comics, ou autres)
Un(e) personne célèbre ou un objet .

Vous n’êtes pas blogueur ? Vous pouvez également participer sur Twitter avec le #pieceofgeekcontest !

Globrocker, le 9/06/2017

1 – MUSIQUES – Jimmy Page, Led Zeppelin

Jimmy Page en plus d’être passionné de rock et de guitare, s’était entiché de l’alchimiste ALEISTER CROWLEY faisant peser sur lui des soupçons de pratique de la magie noire. Et Dieu (ou Satan) sait que le groupe n’avait pas besoin de ça pour ajouter à leur image sulfureuse. Mais c’est ce qui construit la légende.

Jimmy Page était tellement accro au mage anglais – et blindé de thunes, ça aide – qu’il achète tout ce qui lui tombe sous la main ayant appartenu à Crowley : grimoires, manuscrits, objets divers, robes de magicien de l’allumé et même sa maison, Boleskine House, dans laquelle il vivra.

[Elle] était construite sur le site d’une église qui datait du Xème siècle environ et qui avait été brûlée avec toute sa congrégation. Personne n’en voulait, elle était dans un tel état de délabrement… Un endroit parfait pour se retirer quand on commence à être trop sous pression. Je l’ai achetée pour y composer.Jimmy Page

Il fera même gravé sur les premiers pressages de l’album Led Zeppelin III en 1970, une partie du précepte d’Aleister Crowley : « Do What You Wilt » (Le précepte entier est « Do what you wilt shall be the whole of the law » – Fais ce que tu veux doit être toute la loi)

Do what you wilt

A première vue, il avait l’air bien atteint Jimmy mais pas tant que ça :

Je pense qu’il est un génie incompris du 20ème siècle. Parce que l’essentiel de son discours était la libération de la personne, complètement. Il luttait contre toute restriction qui vous mène à la frustration, à la violence, au crime, à la folie mentale ou à la dépendance. Aujourd’hui nous allons de plus en plus vers la technologie et l’aliénation et tous les points qu’il a soulevé apparaissent comme l’évidence maintenant. Le point essentiel est donc une libération totale de l’individu. Ce que tu veux faire, fais-le. C’était quelque chose que les gens ne pouvaient pas comprendre. Dire qu’il y avait une égalité entre les sexes. Dans cette époque Edwardienne, ce n’était pas d’actualité.Jimmy Page

Led Zeppelin Zoso

Pour ceux qui ne connaissent ni Led Zeppelin, ni Jimmy Page, un petit film hommage au groupe.

2 – FILM – Le Prestige, Christopher Nolan 2006

Super film de Nolan sur 2 magiciens surdoués qui se tirent la bourre. Une distribution magique puisque sont réunis Hugh Jackman, Christian Bale, Michael Caine, Scarlett Johansson et David Bowie dans le rôle de Nikola Tesla qui aidera un des deux à introduire l’électricité dans son show.
Grosse compète entre les 2 manieurs de baguette qui commence comme un jeu bon enfant pour tourner vinaigre, à la jalousie puis à la haine. Ils deviennent ennemis et n’ont qu’une obsession, détruire l’autre en usant du côté obscure de leur art. Bien sûr, le dommages collatéraux  vont être tsunamiques (c’est un nouveau mot).

J’avais voulu regarder ce film parce qu’il y avait Bowie et je n’ai pas regretté d’attendre 1h30 son apparition.

3 – SÉRIE – Ma Sorcière Bien Aimée (Bewitched)

Quel mec ne rêve pas d’épouser une sorcière ? Non, pas votre femme, une vraie avec des pouvoirs.

C’est ce que raconte cette série qui a fait rire et fantasmer des générations. Homme comme femme. Les hommes rêvaient en regardant Elisabeth Montgomery, jolie, bien roulée ET sorcière. Les femmes voulant être Elisabeth Montgomery, jolie, bien roulée ET sorcière. Parce côté mec, le grand dadais de Dick York avec son air d’abrutis ne donne pas vraiment envie de grimper aux rideaux. Et en plus, il fait la fine bouche quand il apprend qu’il a épousé une véritable sorcière qui jette des sorts, vole dans les airs en balai et prépare mixtures et potions dans son chaudron magique. Ce grand benêt ne sait pas la chance qu’il a. Dommage pour lui.

Combien d’hommes auraient sauté de joie de savoir que leur femme est une sorcière.
Bon, en fait, ils l’apprennent tout seul bien plus tard. Trop tard.

Une superbe petite série bien marrante créée par Sol Saks de 254 épisodes qui furent diffusés de 1964 à 1972 et durant lesquels on découvre la famille frappadingue et magique de Samantha tous aussi sorciers et sorcières : Endora, la mère de Samantha déteste son gendre qui le lui rend bien, tante Clara gentille et sénile, le bouc en train oncle Arthur, la cousine Serena sosie de Samantha puis Tabatha, la petite qui naîtra plus tard et aura la chance de ressembler à sa mère beaucoup plus qu’à son père.

Et quand on voit ce que fait Samantha avec son nez, on est curieux d’savoir ce qu’elle fait avec le reste. Et je suis poli !

4 – LIVRE – Graham Masterton, la série des Jim Rook

Pendant une période de ma vie, je lisais, que dis-je, je dévorais les bouquins de Stephen King, de Clive Barker, le Stephen King anglais et de Graham Masterton, le Stephen King écossais. Et je faisais des cauchemars la nuit.

Chacun a son style bien à lui mais aucun des trois ne fait dans la dentelle et on pourrait transfuser la terre entière pendant des générations avec le sang qu’ils ont versé dans leurs bouquins.

Graham Masterton Jim Rook

Graham Masterton sort en 1975 son premier roman, Manitou, écrit en seulement une semaine qui rencontrera un succès immédiat. Il sera adapté au cinéma avec Tony Curtis dans le rôle principal.
Pourquoi Masterton ? Car il a sorti de 1996 à 2003, la série MAGIE qui racontent les aventures de Jim Rook, professeur de… (de quoi d’ailleurs ? Faudra que je vérifie) qui ayant frôlé la mort dans son enfance possède le don de voir fantômes et esprits. Il volera au cours de ces 6 volumes, au secours des victimes de démons, de créatures lubriques et sans pitié, de monstres pas gentils, d’esprits mal tournés, etc.

Graham Masterton Magie.

Masterton sait raconté des histoires de terreur dans un style très abordable. Ses romans sont un peu plus gores et je me souviens d’avoir toujours ris au moins une fois dans chacun de ses livres. Je conseille fortement.

5 – CÉLÉBRITÉ – Les magiciens

Ou illusionnistes. Ou prestidigitateur. Ces artistes m’ont toujours fasciné. Leurs tours sont toujours pour moi des moments de pur plaisir même si je sais que ça n’existe pas. Non, ils ne sont pas des vrais magiciens comme Samantha. Mais faut bien avouer qu’ils ont imagination et savoir faire. Je n’ai jamais cherché ni à savoir, ni à comprendre ce qu’il font. Rien à foutre. Je rêve. Mais plutôt que des longues phrases sans grand intérêt, regardez !

David Copperfield. Énormément de talent mais surtout immense succès commercial. Il remporte 21 Emmy Awards.

La magie numérique

Il est bon et, en plus, il est drôle


Et pour le fun, mes préférés.

Laisser un commentaire