Jasmine DeRien

IL m’a dit : « Ecris ! ».
Moi : « c’est que…faut avoir le temps, et puis je suis fatiguée ».
LUI : « Tu n’as pas le droit d’être fatiguée, écris ! ».
Je vous rassure : LUI, ce n’est pas l’Ange Gabriel qui s’adresserait à Moi, prophète des temps nouveaux … même si je m’imagine assez bien habillée d’une longue tunique, les cheveux dans le vent, la bouche rouge et les yeux brillants, haranguant la foule ébahie !
Je reconnais qu’Il a raison, j’ai toujours aimé écrire. Et puis entre nous, un peu d’hormone féminine dans ce blog fera le plus grand bien.
Ça ne va pas être facile, j’ai la tête pleine d’idées, je ne vais pas savoir par quoi commencer.
« Ecris ! », sa voix raisonne, menaçante, que dis-je, rugissante ! Que va-t-il m’arriver si je ne finis pas ce papier à temps ?
« Pour commencer, présente-toi ! » : mais qui va bien pouvoir s’intéresser à ma petite personne ? enfin, petite… façon de parler.

Jasmine vient de … jasmin ! Odorante et capiteuse, je vais éveiller, un à un, vos sens endormis ; à peine aurez-vous goûté à ma plume, que celle-ci s’inscrira profondément dans votre esprit pour y laisser une marque indélébile. Libre comme l’air, je butinerai d’un sujet à l’autre, avec souvent un soupçon d’actualité.

Mais tout n’est pas gagné.

 LE voilà, hurlant, m’enjoignant d’écrire, me menaçant de tous les maux si je renonce : crucifixion sur la place des Terreaux, licenciement économique avec pour seules indemnités des fraises Tagada, obligation de crapoter 10 cigarillos de suite, j’en passe et des meilleurs.
Tremblante, je me dis qu’il existe des centaines de sujets à aborder pour ce blog. Par exemple : le goût perdu des Pepitos d’antan ; faut-il croire au Père Noël (j’y ai quand même cru jusqu’à l’âge de 9 ans !) ; les chats (non, pas les chats, je me fais virer du blog à coups de pied au c..) ; ceux qui disent ne rien regretter sont-ils vraiment sincères ? ; la mort d’Annie Cordy, etc.
On aura le temps d’y revenir, tout dépend de ce qu’IL aura décidé.

Pour ma part, c’était un plaisir de vous rencontrer.

PS : au fait, LUI, c’est le Boss, pas Bruce Springsteen, ça serait trop beau mais Glob (mélange de globe et de lobe, va comprendre) Rocker, mi-punk mi-mutant, qui ne lâche rien et qui a décidé contre toute attente de m’ordonner d’écrire.

Moi, c’est Jasmine DeRien, pour vous servir !